#51+ · La décroissance : d’accord, mais comment ?

La décroissance n’est à ce jour pas une proposition de politique publique. Et il y a encore beaucoup de travail scientifique à faire avant qu’elle en devienne une.

#51+ · La décroissance : d’accord, mais comment ?

Chère membre, cher membre,

Tout le monde ou presque sera d’accord pour dire que le réchauffement climatique est un enjeu majeur et qu’il faut intensifier nos efforts en mettant en place des solutions efficaces pour réduire les émissions de CO2. En langage d’économiste, on appelle ces “solutions” des politiques publiques : on assigne un objectif (baisser les émissions de CO2), on propose une politique publique quelconque (par exemple une taxe carbone), on évalue ses effets potentiels par rapport à l’objectif initial (avec des données) et on propose une mise en place concrète (tarifer la tonne de CO2 à tel prix, en ciblant tel ou tel secteur d’activité, sur telle zone géographique et pendant telle période de temps).

Or, la décroissance est, pour le moment, loin d’être une politique publique.

C’est ce qu’écrit Thimothée Parrique dans sa thèse consacrée à la décroissance (page 36) :

It may be true that policymaking is not degowth’s strong suit at the moment, but the fact that proper policy work is yet to be done does not mean that it cannot and will not be done.

Ma traduction :

Il est peut-être vrai que la politique publique n’est pas le point fort de la décroissance pour le moment, mais le fait que le travail de conception des politiques publiques reste à faire ne veut pas dire qu’il ne peut pas, ni qu’il sera pas, fait.

Je suis d’accord avec tout ce qu’il écrit dans cette phrase : à la fois que la décroissance n’est pour le moment pas une proposition de politique publique, et que rien n’interdit qu’elle le devienne un jour — pourvu que la recherche scientifique soit faite, et que ses résultats soient favorables.

Reste que la décroissance n’étant pour le moment pas une politique politique, il est difficile de l’envisager comme une solution possible au réchauffement climatique — au moins à court terme, et sans doute à moyen terme aussi. Traduire une idée générale en une proposition de politique publique demande beaucoup de travail — et dans ce numéro, j’aimerais esquisser les questions auxquelles la décroissance va devoir répondre pour devenir une proposition de politique publique en bonne et due forme. Ces questions sont nombreuses, et la réponse à nombre d’entre elles n’a rien d’évident.

Ne manquez pas mes prochains numéros

Je m'abonne à la newsletter