#80 · Vulgariser, simplifier et raconter n'importe quoi

Ou pourquoi la simplification n'est pas une excuse pour raconter n'importe quoi

#80 · Vulgariser, simplifier et raconter n'importe quoi

Chère abonnée, cher abonné,

lorsque je débunke un argument faux d'un Jancovici ou d'un économiste de plateau télé, on me répond régulièrement avec l'argument suivant : "X est un vulgarisateur, c'est normal qu'il simplifie". C'est une réponse que je trouve étrange car ma critique n'est pas que X simplifie mais qu'il propage de la désinformation scientifique — c'est par exemple le cas de Jancovici. Ce qui, vous en conviendrez, n'est pas la même chose.

Ces réponses sont un bon prétexte pour me permettre de faire un point sur ma conception de ce qu'est, et n'est pas, la vulgarisation scientifique. Et pourquoi je pense que l'argument de la simplification est un très mauvais argument. Je précise que je ne suis pas un chercheur spécialiste de la vulgarisation scientifique. Je vous fais part de mon analyse de praticien — j'ai commencé la vulgarisation scientifique en 2015. Prenez ce qui va suivre avec le recul nécessaire.

Pour moi, la vulgarisation scientifique n'est pas une activité de simplification de la littérature scientifique — mais une activité de traduction de la littérature scientifique. C'est en tout cas ainsi que j'essaie de la pratiquer. Lorsque je lis un article scientifique intéressant et que je décide de le mentionner sur L'Économiste Sceptique, je ne cherche pas à le simplifier — même si parfois je simplifie, mais il arrive aussi de simplifier lorsque l'on rédige un article scientifique ou que l'on donne un séminaire de recherche. Ce que j'essaie de faire, c'est de reformuler la trame du raisonnement scientifique de l'article avec des explications compréhensibles par des non-spécialistes.

La recherche scientifique repose sur du jargon scientifique — c'est-à-dire un vocabulaire, spécifique à chaque discipline, dont les définitions peuvent parfois substantiellement s'éloigner de celles du langage courant. En science économique, on le voit très bien avec le concept de "rationalité". Dans l'une des dernières vidéos du Vortex où il intervient, Heureka fait de monstrueux contresens sur le modèle d'offre et de demande, modèle qu'il n'a manifestement pas compris ; parmi ces contresens, il reproche aux économistes d'avoir formulé ce modèle en des termes peu compréhensibles pour le grand public, semblant découvrir que les sciences, y compris humaines et sociales, utilisent toutes un jargon scientifique.

Ce jargon émerge sans doute pour la même raison que tous les jargons émergent : pour simplifier les échanges à l'intérieur d'une communauté. Lorsque je lis un article avec un modèle principal-agent, pour vous ça ne veut probablement rien dire, mais pour moi qui ait travaillé avec ce type de modèle, je vois tout de suite de quel type de modèle il s'agit — et de ses propriétés générales.

Le vulgarisateur scientifique a, en tout cas d'après moi, pour premier rôle de traduire ce jargon en un langage compréhensible par le grand public — qui, par définition, ne connaît pas ce jargon. Les modèles principal-agent sont une classe de modèles (au sens de modèle mathématique) qui modélisent les situations où quelqu'un délègue une tâche (le principal) à quelqu'un d'autre (l'agent). Pensez à un manager qui délègue à son subalterne, à l'État qui délègue la fourniture d'un service public à une tierce partie ou à une entreprise qui sous-traite une partie de sa production à une autre entreprise. Cette délégation du principal vers l'agent pose des problèmes si le principal ne peut pas observer certaines caractéristiques de l'agent — ce qui est presque toujours le cas. Ces problèmes génèrent du gaspillage et la littérature autour des modèles principal-agent tente d'identifier des parades pour éviter, ou au moins réduire, ces gaspillages.

En plus du jargon, la recherche scientifique repose sur des implicites. Par exemple en science économique, si je ne précise pas le type de rationalité que j'utilise dans mon modèle théorique, il est raisonnable de supposer que j'utilise le type standard de rationalité — la rationalité dite optimisatrice. D'après moi, expliquer ces implicites fait aussi partie du travail du vulgarisateur scientifique. Comme pour le jargon, il s'agit là aussi de traduire un implicite et de le rendre explicite pour une audience de non-spécialistes.

Parfois, c'est le langage lui-même qui change. Je fais ici référence aux mathématiques, que j'envisage, en tout cas tels qu'ils sont utilisés en science économique théorique, comme un langage pour raisonner. Mon rôle de vulgarisateur scientifique avec un profil de théoricien est de traduire en langage non mathématique tout ou partie des raisonnements de ces modèles mathématiques.

En plus de ce travail de traduction, il y a un second travail qui s'ajoute au premier : expliquer les subtilités et nuances du raisonnement scientifique que l'on vulgarise. Il s'agit de rendre compte de la complexité du travail de recherche scientifique. Contrairement à certains stéréotypes, les sciences donnent rarement des réponses claires et "évidentes". Et si elles y parviennent, c'est souvent après avoir méticuleusement accumulé une quantité gigantesque de travaux et de résultats scientifiques. Je pense par exemple à l'origine humaine du réchauffement climatique. La route de la connaissance scientifique est sinueuse, et je pense que c'est important de l'expliquer.

Je n'envisage pas non plus mon travail de vulgarisateur comme un travail de "promotion" de la science économique — "promotion" au sens où j'en ferais la publicité, par exemple en présentant ses aspects positifs et en mettant de côté ses difficultés. Mon objectif est de vous expliquer comment les chercheurs et chercheuses en science économique raisonnent. Et lorsqu'ils font des erreurs, rencontrent des impasses ou voient leurs idées vertement contredites par des recherches plus récentes (coucou le salaire minimum), je considère que c'est une partie fondamentale de mon travail de vulgarisateur de vous transmettre ces difficultés.

Bien évidemment, je ne prétends pas être parfait. Comme tout le monde, je fais des erreurs et lorsque je m'en rends compte, j'essaie de les corriger du mieux que je peux — ce qui n'est pas toujours simple, ni rapide. Je fais en tout cas reposer mon travail de vulgarisateur sur l'hypothèse que le grand public est capable (voire désireux) de comprendre les nuances et les complexités de la recherche en science économique — et elles sont nombreuses.

Pour en revenir à l'argument de la simplification, l'utiliser comme un paravent pour s'autoriser à raconter tout et (surtout) n'importe quoi sur un sujet que l'on ne maîtrise manifestement pas constitue, pour moi, une rupture du contrat de confiance qui existe entre le vulgarisateur et son audience. Je ne fais pas référence à commettre des erreurs de bonne foi ; je fais référence à ces gens qui utilisent la vulgarisation comme un prétexte (souvent, pour faire part de leurs réflexions personnelles, ce qui peut être une activité fascinante mais c'est une activité qui n'est pas de la vulgarisation scientifique), ou à ceux qui se fichent tout simplement de corriger leurs erreurs. Sur L'Économiste Sceptique, il m'arrive de partager des réflexions personnelles — comme c'est le cas avec ce numéro. Lorsque je le fais, j'essaie de le rendre le plus explicite possible, de sorte que vous puissiez différencier ces réflexions personnelles de mon travail de vulgarisation. En tant que membre du public, vous êtes en droit d'exiger de vos vulgarisateurs et vulgarisatrices qu'ils honorent ce contrat de confiance — et qu'ils n'utilisent pas votre curiosité pour vous manipuler, pour pousser un agenda politique, pour gonfler leur égo ou pour toute autre raison plus ou moins douteuse.

J'espère en tout cas que mon travail sur L'Économiste Sceptique vous permet d'en savoir plus sur la science économique, le scepticisme scientifique et l'économie de l'environnement — et qu'il vous donne des outils pour mieux vous protéger des discours fallacieux. Si vous trouvez mon travail utile, sachez que vous pouvez le soutenir en adhérant à Plus. Adhérer à Plus vous donne par ailleurs accès à l'intégralité de mon contenu. Merci aux membres Plus qui soutiennent déjà mon travail — et me permettent de continuer à écrire L'Économiste Sceptique.

À bientôt pour le prochain numéro,
Olivier

Ne manquez pas mes prochains numéros

Je m'abonne à la newsletter