#84 · Je suis un vulgarisateur scientifique

Mon rôle est de lire la littérature scientifique et de vous l’expliquer, pas d’analyser l’économie ni de prendre position sur des politiques publiques

#84 · Je suis un vulgarisateur scientifique

Chère abonnée, cher abonné,

J’entends que vu le traitement habituellement fait à l’économie dans les médias, on puisse assimiler ma démarche à celle d’un éditorialiste, d’un analyste ou d’un commentateur. Pour autant, ma démarche sur L’Économiste Sceptique n’a rien à voir. Je suis un vulgarisateur scientifique, et avec ce numéro j’aimerais (ré)expliquer ce que je fais, et ce que je ne fais pas, avec L’Économiste Sceptique.

L’Économiste Sceptique est un média de vulgarisation scientifique. Ma ligne éditoriale consiste à m’exposer à la littérature scientifique (lecture, participations à des séminaires et des conférences, échanges avec d’autres économistes, etc.) et à la traduire d’une manière compréhensible par des non-économistes sans en dénaturer les subtilités et limites. C’est en tout cas ma conception de la vulgarisation scientifique.

#80 · Vulgariser, simplifier et raconter n’importe quoi
Ou pourquoi la simplification n’est pas une excuse pour raconter n’importe quoi

En 2015, j’ai appelé mon premier site de vulgarisation scientifique en économie Passeur d’Éco. Ce nom n’était pas un hasard : si vous me permettez de reprendre sans honte le nom de feu le blog de Pierre Barthélémy Passeur de sciences, j’ai toujours envisagé ma démarche comme celle d’un passeur de science économique. Cette démarche a des conséquences concrètes sur la ligne éditoriale de L’Économiste Sceptique.

La première conséquence est que je n’aborde pas de thèmes sur lesquels je n’ai pas une connaissance que je juge suffisamment robuste de la littérature scientifique. C’est par exemple pour cette raison que je n’écris pas sur la sociologie ou très peu sur la macroéconomie. Quel serait le sens de vous passer mes connaissances sur une littérature scientifique si mes connaissances à son sujet sont largement incomplètes ?

La seconde conséquence est que je ne suis pas un commentateur, ni un analyste. Je n’analyse pas l’économie, je ne donne pas mon avis sur les perspectives de la croissance, du chômage ou encore de l’inflation. C’est un métier sans doute respectable et utile, mais ça n’est pas le mien. D’une part parce que ça n’est pas ce que je veux faire, et d’autre part parce que je ne sais pas très bien le faire. Et lorsque je semble le faire comme c’est le cas avec une partie de ma couverture des conséquences économiques de la guerre en Ukraine, je me contente en réalité de vous transmettre ce que j’ai lu auprès de spécialistes.

#61 · À quoi ressembleront les économies russes et ukrainiennes d’après-guerre ?
L’économie ukrainienne se relèvera sans doute rapidement. L’économie russe ? C’est une autre histoire.

La troisième conséquence est que je considère que ça n’est pas mon rôle de prendre position sur tel ou tel sujet de politique publique — y compris sur des sujets importants comme le réchauffement climatique. La raison à cette prudence est simple : les politiques publiques, c’est extrêmement compliqué. Il serait sans doute plus facile, y compris pour vous convaincre de soutenir financièrement mon travail, de prendre position (si possible de manière clivante) pour ceci ou contre cela. Comme on peut le voir avec certains comptes Twitter qui prétendent se préoccuper de l’environnement, c’est une stratégie efficace pour générer de l’audience et vivre plus confortablement qu’avec un RSA.

Les politiques publiques dépendent de nombreux paramètres — que les États contrôlent plus ou moins facilement. Et elles ont la plupart du temps une dimension fondamentalement morale, dimension qui se situe donc en dehors du champ scientifique. Faut-il commercer avec nos voisins ? D’un côté, la littérature scientifique montre que le libre-échange augmente les richesses des deux pays qui commercent. De l’autre, la littérature scientifique montre que le libre-échange bénéficie un peu à toute la population, mais que de petits groupes de personnes vont beaucoup perdre (typiquement, les personnes qui travaillent dans les secteurs d’activité qui ne sont plus compétitifs face à ceux de l’étranger). Comment pondérer les gains des gagnants avec les pertes des perdants ? C’est strictement impossible de le faire objectivement ; il faut nécessairement recourir à une grille morale pour le faire. Établir rigoureusement les conséquences du libre-échange est une question scientifique ; décider s’il faut, ou non, mettre en place du libre-échange, et donc choisir une pondération entre les gagnants et les perdants, n’est plus une question scientifique mais une question politique.

Ça serait de toute façon me mentir à moi-même que de prendre position publiquement sur des sujets de politique publique. Avec force yakafokon, il est facile de donner l’illusion de l’évidence sur telle ou telle politique publique. Surtout lorsqu’on s’adresse à une audience de gens qui partagent la même idéologie. Mais attention aux chambres d’écho. Et je trouve ça malsain de prendre des sujets complexes et de les simplifier au point d’en distordre complètement les tenants et les aboutissants. Je pourrais jouer la carte du cynisme, comme d’autres le font d’ailleurs avec talent, et défendre des idées auxquelles je ne crois pas mais dont je sais qu’elles rapporteront médiatiquement et financièrement. Mais ça n’est pas qui je suis, ça n’est pas ce à quoi j’aspire et ça n’est pas mon projet avec L’Économiste Sceptique.

Ne croyez toutefois pas que ce refus de prendre position sur les politiques publiques soit la marque d’une neutralité. Je ne suis pas neutre et je ne me prétends pas que je le suis. J’ai une ligne éditoriale, et plus fondamentalement je défends bien certaines valeurs. Au premier rang desquelles, je défends l’idée qu’il est essentiel de fonder le débat politique sur les résultats scientifiques — qu’ils soient en santé publique, sur l’environnement ou issus des sciences humaines et sociales. C’est une valeur sans doute largement partagée chez les sceptiques — et probablement au-delà.

Je conçois mon rôle “politique” de la manière suivante : vous transmettre ce que j’ai compris de la littérature scientifique en économie pour vous aider à vous positionner dans ces débats. Je me fiche bien de savoir quelle position vous finirez par adopter.

Ça serait une faille béante dans ma démarche de vulgarisateur si je me mettais à défendre des propositions de politique publique : comment faire pour que mon contenu de vulgarisation scientifique atteigne les personnes qui ne partageraient pas mes positions ? Je sais, à partir des échanges que je vois sur Twitter, que vous, mes lecteurs et lectrices, avez une grande diversité idéologique. Et je le répète souvent sur Twitter : à l’exception notable des idées d’extrême droite, qui n’ont pas droit de cité sur L’Économiste Sceptique, je me fiche de vos opinions politiques. J’ai les miennes, vous avez les vôtres. Il est probable que nous soyons en désaccord sur de nombreux sujets. Mais la vulgarisation scientifique, y compris et peut-être même surtout, la vulgarisation des sciences humaines et sociales, doit s’adresser à tout le monde. Que vous soyez de gauche, de droite, centriste, apolitique ou que sais-je encore.

#67 · Qu’est-ce que les SHS ?
Les SHS, pour Sciences Humaines et Sociales, sont les sciences qui étudient la société

Si je prenais position pour ou contre des politiques publiques, je n’ai guère de doute que les personnes défendant des politiques publiques différentes ne seraient plus aussi réceptives à ce que je vulgarise. Ça serait scier la branche sur laquelle je suis assis.

La science, c’est en tout cas ma conviction profonde, ne doit appartenir à aucun camp politique. Et même si l’on sait que le rapport aux sciences varie selon les idéologies politiques, cette réalité ne saurait justifier une posture qui encouragerait une polarisation.

Je ne prétends pas que ma démarche soit parfaite, encore moins un modèle à suivre. Je n’ai pas cette prétention. Et même si je veux m’adresser à des personnes issues d’un large spectre idéologique, mon objectif n’est pas de m’adresser à 100% de la population. J’écris de la vulgarisation scientifique en économie. Les personnes qui cherchent autre chose que de la vulgarisation scientifique en économie ne seront pas intéressées par mon travail. Et ça n’est pas un problème. Je veux juste m’assurer que l’idéologie politique ne soit pas un critère de sélection pour lire, ou ne pas lire, mon contenu. Je ne sais pas si j’arrive à atteindre cet objectif, mais c’est en tout cas l’un des objectifs que je me suis fixés.

Pour finir, on m’a posé la question à plusieurs reprises, parfois sincèrement, parfois sur un ton de reproche, lorsque j’écris sur la décroissance : puisque je semble être tant opposé à la décroissance (je ne suis pas opposé à la décroissance, je reviendrai sur ce point dans un prochain numéro), qu’est-ce que je propose moi comme solution au réchauffement climatique ? Ma réponse est simple : je n’ai aucune solution à proposer. Ça n’est tout simplement pas le rôle d’un vulgarisateur scientifique que de faire des propositions de politique publique. C’est d’autant moins mon rôle que je n’ai pas été formé comme économiste de l’environnement. Par contre, et je reconnais que ce sont des thèmes qu’il faut que j’aborde davantage, mon rôle est aussi de vulgariser la littérature scientifique sur des propositions comme les taxes carbone, les marchés de droits à polluer ou les interdictions. Pour, encore une fois, que vous puissiez vous faire librement votre opinion.

À bientôt pour le prochain numéro de L’Économiste Sceptique,
Olivier

Ne manquez pas mes prochains numéros

Je m'abonne à la newsletter